« N°28 - A dimanche... | Page d'accueil | N°28 - Sommaire "Repenser l'éducation nationale" »

mardi, 09 décembre 2008

N°28 - Editorial "Repenser l'éducation nationale"

allegre.jpgLe mammouth : le mot de Claude Allègre a fait fortune. Une image qui semble intelligemment descriptive. Les proportions de la bête sont immenses, comme l’Éducation nationale, c’est vrai : 12 millions d’élèves, presque 1,5 millions de personnels encadrants… Le premier employeur de France est une très grande machine. Le constater c’est bien, mais c’est un peu court comme démonstration.


La bête est aussi un animal préhistorique – rétrograde donc : l’argumentation sent son libéral progressiste. D’Allègre à Luc Ferry, de Lang à Meirieu, ils sont nombreux les apprentis-sorciers ultra-libéraux qui expérimentent sur nos enfants leurs multiples réformes (pédagogiques, structurelles, etc.) pour rendre l’école « performante », voire « rentable ».

Lieu privilégié et révélateur des problèmes de notre société, l’Éducation nationale est aussi un enjeu de pouvoir et de pouvoir idéologique. Telle est la loi en république : le pouvoir est un enjeu perpétuel, constant, qui polarise toute la vie de la nation. Sous la transparence tant vantée et derrière le sourire angélique de l’élu se cache le carnassier. Guy Birenbaum dans son nouvel essai Le Cabinet noir* relate une infime partie – il l’avoue lui-même –des couloirs de la république, celle à laquelle il a été mêlé. De Bérégovoy à Yvan Colonna, de Lionel Jospin à Clearstream apparaissent ainsi les hauts faits de l’ère de la Chiraquie. « Les sales manières présidentielles semblent si “installées” dans notre République… » note l’auteur. S’il ne s’agit pas de jeter la pierre à Jacques Chirac – l’auteur note qu’on mourrait beaucoup sous la présidence de Giscard d’Estaing… –, ni même surtout de prôner un système qui éradiquerait l’ambition du cœur de l’homme, il faut sans cesse répéter le scandale d’un système qui érige la mort de l’autre en système de gouvernement, qui institutionnalise la guerre perpétuelle au sommet de l’État : Service secret et Renseignement policier instrumentalisés, presse complice, achetée ou muselée, opinion public manipulé. Tout est bon pour conquérir le pouvoir.
La faillite de l’idée européenne, patente à travers les traitements nationaux de la crise mondiale, la faillite des modèles économiques libéraux tout concourt à prouver que ces vieux modes de pensée ont vécu : mais le pays légal n’en a cure. Refonder l’éducation, l’état et l’homme sont encore des combats dont il faut établir le bon droit avant de les mener. Les Épées ne vont pas rentrer de sitôt dans les fourreaux : très belle année 2009.

Les Épées

 

Commentaires

C'est révoltant..

Écrit par : reduction impot | dimanche, 20 février 2011

Écrire un commentaire